Défi 2015

Le défi Run Amazones s’est déroulé du 18 au 26 juillet, comme prévu de Gennes (49) à Saint-Flour (15).  L’objectif était de collecter un minimum de 1000 € pour l’association Féeminité qui oeuvre en direction des femmes touchées par un cancer du sein.

Les différents coureurs ont non seulement rempli leur objectif de distance avec 500 kilomètres parcourus, en relais et toujours dans la bonne humeur, et surtout permis à Anne-Marie LAURENT, présidente de Féeminité, de recevoir 2500 € à l’issue de l’aventure.

Un défi sportif avec un message fort

Ce sont des étapes d’environ 60 kilomètres par jour qui ont été parcourus par les coureurs.

L’équipe était composée de deux marathoniennes, Karine et Sylvie, et de coureurs venant pour un ou plusieurs jours se joindre à elles. Il y a eu les coureurs du week-end, ceux de la semaine, les clubs locaux, les cyclistes, les surprises d’un jour, ceux qui ont couru seuls, ceux qui ont accompagné, notre chauffeur-photographe et notre GPS (clin d’oeil à Aurore).

Les villes-étape ont toutes apporté un précieux soutien logistique et certaines avaient même prévu des petites manifestations, parfois organisées à la base par des coureurs.
Les structures de dépistage et les associations partenaires ont enfin pu communiquer sur le message premier : « Détecter tôt pour mieux soigner ». Le cancer du sein est à la fois le cancer plus fréquent et le plus meurtrier chez la femme en France. Statistiquement, une femme sur 8 y sera confrontée au cours de sa vie. S’il est détecté à un stade précoce, il peut être guéri dans 9 cas sur 10.

Un parcours du coeur

Karine nous retrace un parcours non pas du combattant mais de l’émotion :

« J’ai vécu une préparation de ce défi pendant 8 mois avec une fatigue importante bien avant le départ et une double tendinite de plusieurs mois qui n’était pas guérie.
La semaine précédant le défi je n’avais qu’une hâte : qu’il se termine, pouvoir dire stop et, d’une certaine façon, retomber dans l’anonymat.

Je n’avais pas imaginé l’ampleur que prendrait ce projet « Run Amazones, courir sa vie ». A sa naissance, il s’agissait tout au plus d’une idée personnelle, juste relier deux villes en courant. Puis il y a eu l’association avec le dépistage précoce du cancer du sein et le soutien à l’association Féeminité. Dès la création de la page facebook, de nombreuses personnes ont voulu se joindre au projet. Des femmes atteintes m’ont fait part de l’espoir que celui-ci leur apportait.

Je devenais un soutien moral pour toutes ces femmes qui, comme Anne-Marie et Emmanuelle, notre marraine, étaient en plein combat contre la maladie, tout en affichant une joie quasi-permanente et un sourire d’une beauté désarmante. Il fallait avancer, il fallait que le projet voit le jour. Pour que cet espoir ne soit pas que chimère.

L’organisation n’a pas été facile, la semaine a également connu quelques rebondissements et adaptations logiques. Grâce à vous tous qui avez participé, nous avons réussi !

Je sortais d’une période de coupure d’un mois sans aucun entrainement. La grande question a été : comment courir avec une tendinite rotulienne et une inflammation du tendon d’Achille ? J’ai choisi de commencer en marche athlétique. Au bout de 60 kilomètres de courbatures, essayer de courir à nouveau, puis finir avec des douleurs, les anciennes les nouvelles, le lot de l’ultra-marathonien.Les courbatures laissent la place à l’habitude, l’habitude au « mode machine » : se lever, manger, s’habiller, courir, manger, courir, se laver, se reposer, repartir.
Finalement le jour où j’ai ressenti une sensation de manque avec seulement 18 kilomètres sur la journée, je me suis dit que j’étais vraiment devenue addict à cet effort quotidien.
Les relais procurent une gestion de course comme nulle autre. Tu cours, tu passes le relai, les muscles refroidissent pendant un temps qui varie en fonction du nombre de relayeurs, puis tu repars, puis tu enchaines un certain nombre de relais, tu suis juste le tableau et tu cours.

Ce seront 185 kilomètres parcourus à titre personnel et un grand besoin de sommeil. La satisfaction, je l’ai eu en regardant vos yeux, votre émotion, vos larmes parfois. Parce que finalement courir n’était rien, cela n’a jamais été dur car vous étiez là.

Je ne peux que terminer en remerciant toutes et tous les Run Amazones présents sur ces 9 jours. La liste des prénoms ne pourrait être exhaustive et vous avez tous la même valeur avec un coeur de Run Amazones. Le Team Univers Running m’aura également porté avec un petit message de Sébastien avant le départ.  »

Comme le dirait mon ami Stéphane ABRY : « Vivez vos rêves » ; j’ajouterai : ils vous le rendront bien !

2 réponses sur “Défi 2015”

  1. merci à toi, à ton courage, à ta motivation sans faille. ce projet c’était ton bébé, nous avons toutes et tous été là pour t’aider à le porter mais sans toi il n’aurait jamais existé. encore bravo !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *